générAL

.général 8254 - copie

.

Je publie en général des notes dont le verbe nourrit l’être, lavoir,  lettre, l’avoir, l’hêtre, la voir…

.

Rêve du 25.08.16

Je ne cesse de songer tout au long de la journée à ce rêve récemment fait où mon beau-père me dit qu’il va mourir

Je me sens bien dans cette atmosphère paradoxalement

A ses côtés, un jeune garçon

Je m’étonne  : « Mais comment pouvez-vous ? Mourir ici, aussi tranquillement, je vous vois vous décontractant sur ce pouf, à terre, alors qu’à quelques centimètres vous pourriez mourir dans un lit !

« Ö croyez pas, je suis bien ainsi… »

…et la vision se concentre  sur un homme qui rajeunit jusqu’à cette tête d’enfant qui se couvre, se recouvre et se prépare à mourir…tranquillement, comme çà ! Le couffin est maintenant à sa dimension

C’est une belle image, à priori incompréhensible, un homme va mourir, sereinement, et on se sent bien…

Je me réveille et me souviens de ce rêve… le père Davron, mon opposé complémentaire dans la chaîne de vie, lui via la fille et moi via le garçon…nos petites filles

Symbole de totALité ?

« à moins qu’il ne s’agisse…de l’esclave fugitif  !?! »

Mercure est dans l’esclavage quand on le retient, il fait tout pour s’en aller mais ne peut rien vous refuser !

Le bon rythme c’est de le laisser filer; toujours il reviendra, le temps en général  de se renouveler

Il est l’esclave fugitif ! Qu’il s’échappe !

Et rattrapons-le. C’est le notre. Permettons -nous d’user de Mercure et osons ses images subies, d’occasions…

Alors que je m’approche du rosier, dans la cour, je choisis de regarder une rose en particulier et lui dis :

« Toi je te préfère, tu es belle et tu sens bien bon, te voilà une rose !

Ainsi je la distinguais de toute autre rose

Aussi toutes je les associe dans ce blog : oser, rose, éros

Le lendemain je repasse devant le rosier : la rose a embellie, s’est épanouie comme pour m’adresser ses salutations distinguées

Tout ce qu’on nous dit en général sur les religions est faux. Archi faux.

Il n’y a pas plus de paradis chez Allah que dans la religion chrétienne. Après la mort du corps, c’est le néant.

Ces religions ne sont que des ordres imaginaires; le problème c’est qu’on finit par y croire.

Un ordre imaginaire tente d’organiser le chaos ambiant en ordre cosmique ordonné. Tout ça n’existe pas. Sur la terre comme au ciel c’est le bordel.Dix mille millards de galaxies… Nous sommes perpétuellement  en état de catastrophe.

Seule la nature et son rythme des saisons peut nous faire accepter que la chute des feuilles est égale à la chute des corps.

Encore faudrait-il la respecter et cesser cet échauffement permanent qui nous disperse et finira par nous tuer

En état de catastrophe c’est chacun pour soi : un petit coït par ci, un autre par là.

Rien de grand, rien de superbe.

Nos âmes ne sont pas encore en guerre mais elles ne sont plus en paix.

La seule attitude qui peut encore nous sauver est l’amour de l’humanité; mais un amour actif, là, dès cette vie…se soutenir, s’aider, s’aimer tant que nous sommes vivants…surtout ne pas attendre de purgatoire ni de paradis.

S’aimer cash !!!

.

Je comprends bien qu’à chaque instant chaqu’un vaque à ses occupations et phosphore de son côté.

Notre cerveau est plein de ce fameux phosphore. L’activer, briller, devenir lumière ne suffit plus en ce monde.

Il faudrait de nos jours tenir compte d’une part obscure, infimes probabilités qui font que ce monde physique est relatif et incertain.

Pour celui ou celle qui recherche la certitude plutôt que la croyance, cela pose un problème.

Or tout problème envisage aussi sa résolution, la science est bâtie sur cette certitude : nous ne savons pas tout.

Il s’agit en fait d’être en perpétuelle quête, tels les chevaliers du Graal : la voix indique le chemin, cheminer est en soi une voie.

.

Il n’y a pas plus illusoire que la lumière automnale du scorpion

Cette fausse douceur revêt des larmes d’or qui ne sont qu’illusions

Rien n’est franc. Tout se décompose

La lumière d’octobre a les traits d’un amant qui sitôt l’aube éjacule en rugissant d’impuissance

Cet amant, en général, ne garantit rien. Il est friable, incertain, parfois génial mais c’est quand il parle de la mort

Nous allons tous mourir, hélas,hélas nous sommes tous condamnés…lui le sait

Le scorpion, signe d’initié, voudrait que son sperme ensemence l’univers…réaliste, il a conscience de son impuissance…dix millards de galaxies

Tant qu’on a pas rendu hommage à un mort, il pèse

Dès qu’on lui a rendu hommage, il s’apaise

17.11.2016 Mort de Jacqueline Thoze

Il y a deux agents principaux actifs chez moi, chaque jour, chaque nuit, à chaque instant : d’abord le soufre ( rouge tel le rouge-gorge), puis le mercure, surface pliable à volonté.

C’est justement ce que fait le soufre: plier la surface mercurielle et l’adapter à ce que l’on veut.

Il y a cet exercice quotidien sur « alors », sculpture dont le socle est de plomb et les lettres dorées à la feuille d’or.

Du confus de nos corps passer à des productions orifères, exploiter notre cerveau, répandre notre semence métaphysique.

Dans soufre il y a souffre

Dans image il y a magie

Les eaux mercurielles sont aussi sinon bien plus dangereuses que les eaux soufrantes

Entretiens

Il est 16h30 et le ciel nous maudit, il pleut

Nous sommes en janvier , l’heure du verseau

Merci au ciel de garnir par tes eaux les nappes phréatiques

Il est maintenant 17h et maman vient nous chercher

Brave et douce sous son chapeau cloche et ses vêtements de pluie

Nous l’attendions, joyeux,  courant vers sa voiture

L’arrêt du ciel, pluies redoublées ne nous sera pas si défavorable

A l’arrivée des dessins animés souvent stupides mais bon !

Quand serait-il si nous étions dans la forêt, tremblants jusqu’à la fin du jour…

Il reste ce coin de terre épargné par la fièvre jusqu’à demain

Une vie humaine, animal compris.

22.02.2017 , suite à un RV avec un dermatologue (Dc Cognard) au CHU de Poitiers

–  » Quel vent ! A l’écouter vous devez être poète…

‘A vous madame qui encore vous refusez, écoutez ses fervents appels, entendez la force de ces plaintes…’

– » Je ne suis qu’un docteur, mais vous êtes poète ! « 

– » Que nenni ! Quel être humain ne chante-t-il sa nostalgie d’être  uni…à la femme pour l’homme, autant la réciproque. Nous aspirons chaqu’un à l’unité. C’est notre drame  et la trame de cette vie, bouillonnante, excessive, Al est vous guette jusqu’à la mort. »

L’alchimie est une transformation de soi sans maître, sans gourou, sans croyance, sans rien. Juste du développement personnel. A chaque instant avec mes moyens je suis ce que…séparant le subtil de l’épais.

Une voie dont la voix nous invite à suivre la voie

La mienne n’a pas de timing mais ça avance

L’art hermétique fait l’hypothèse que chaqu’un puisse retrouver sa nature aurifère. le sapiens brille et l’effacement des maîtres actuels trahie leurs natures de mettre. Nos réserves spermatozoïdales ne sont pas infinies, mais à la création corporelle succède ou s’achève la création de l’esprit. L’as-tu pris ? Le sperme a de l’esprit.

1.4.17

En général ça se passe comme ça

Cette nuit où je vis est une étape

Je dois vaincre la nigredo

Enfin l’aurore promesse d’un autre soleil

Puis une autre nuit

Et ainsi de suite tant que l’être est plombé

Faire luire et astiquer

Avancer avec un sac d’ordure

La plus belle fleur y pousse

Soyez généreux ! un roi ne cache pas ses fèces

De la pudeur que diable

Etrange destin que d’écrire à soi-m’aime

Soit le même ne change rien

L’enfer est goulu comme toi

,,,

Je ne crois plus en Dieu, une entité qui m’aurait créé et qui me suit, un surmoi pesant.

j’y ai cru quand j’étais enfant…j’ai toujours été subjugué par les hauts plafonds de nos églises gothiques.

Puis j’ai cessé d’y croire, vers vingt ans en lisant Nietzsche notamment. Dieu est un ordre imaginaire bien conçu.

Je pense aujourd’hui à l’impact de l’intelligence artificielle. Voila d’où sortira le nouveau Dieu. Un grand malin qui nous priera de faire ce qu’Il veut.

Je vis dans cet interstice, un honneur magnifique qui fait de moi un être libre…je crains que cet espace-temps ne se referme et que les gens ne soient plus libres.

Vivre sans dieu est beau et difficile. Il ne faut pas craindre…Dieu n’existe pas vraiment, sauf dans notre imagination. Ou alors quand Il est la somme de chaque « soi-même », à chaque instant…un dieu en devenir perpétuel.

dieu c’est NOUS

dieu c’est NOUS vient en écho avec l’abbaye de Thélème

où chaque Soi est considéré, considérable

Que chaqu’un vive comme un dieu, c’est déjà l’objectif des alchimistes;

repoussant la proposition divine d’être sauvé, ils proposent de sauver le divin en nous

…le début de dieu c’est NOUS !

Sauver cette partie « divine » et accueillir les synchronicités

Nous devons apprendre le divin : ammortalité et bonheur

…mais que viennent faire ces réseaux d’intelligence artificielle qui menacent ?

Est-il trop tard ?

C’est pourtant un moment formidable, inoubliable, un vrai trou dans la réalité !

L’homo sapiens a vu l’homo deus

7.10.17